(= storeData.common.title =)
Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =)
Changer de magasin
Retrait possible
en 2h en magasin
Choisir un magasin de retrait
     

    La morale des films Toy Story

    Les films Toy Story rencontrent, depuis le premier opus, un succès magistral auprès des fans. Chaque dessin animé a su satisfaire son public et a enregistré plusieurs millions d'entrées au cinéma. Ils ont, à  chaque fois, su conquérir le coeur des inconditionnels, des petits comme des grands. Les aventures de Woody le cow-boy et Buzz l'éclair l'astronaute nous transportent dans un univers bien à  eux, dans lequel ils sont confrontés à  des situations périlleuses. Il n'est pas tous les jours facile d'être un jouet !

    Le studio Pixar, qui a imaginé, conçu et réalisé les films Toy Story avec la validation de Disney, apporte bien sa touche à  chaque opus : sous le couvert d'un dessin animé, de scènes humoristiques et de suspens, des émotions et difficultés de la vie quotidienne sont abordées avec réalisme. A chaque film, sa réflexion, bien que les valeurs phares soient toujours présentes !

    Le thème commun aux films Toy Story : la loyauté et l'amitié

    Dans les quatre opus de la saga Toy Story, la notion de loyauté reste très présente. Woody en est la parfaite incarnation, que ce soit quand il veut faire plaisir à  son humain (en ramenant Buzz l'éclair à  Andy, dans Toy Story 1, ou la Fourchette à  Bonnie dans le quatrième) ou quand il cherche à  sauver ses amis (de la garderie infernale dans le troisième film). Buzz l'éclair l'incarne également, en allant secourir Woody qui s'est fait kidnapper dans le deuxième long métrage.

    L'amitié y a aussi une place très importante. Lorsqu'un personnage est en danger, les autres partent à  sa rescousse. Au gré de leurs aventures, les jouets d'Andy restent soudés et présents les uns pour les autres, dans les bons comme dans les mauvais moments.

    Toy Story : la jalousie

    La saga Toy Story démarre en 1995 avec la production par le studio Pixar, sous la réalisation de John Lasseter, du premier film. Sorti en 1995 (1996 en France), Toy Story nous fait découvrir la vie parallèle des jouets : ils prennent vie quand les humains ont le dos tourné ! Ainsi, Woody, la poupée cow-boy, est le jouet favori d'un petit garçon prénommé Andy. Lorsque celui-ci reçoit Buzz l'éclair, le super astronaute, en cadeau à  son anniversaire, Woody se sent menacé et tente de s'en débarrasser. Son plan échoue et, alors qu'il se dispute avec Buzz sous la voiture lors d'un arrêt à  la station essence, Andy et sa mère repartent sans se rendre compte que les jouets ne sont plus à  leur place. Woody et Buzz vont tout faire pour retrouver Andy avant le déménagement, prévu dans deux jours. Mais ils atterrissent chez Sid, le voisin qui fait exploser tous les jouets possibles...

    Sous un air de dessin animé, ce premier film traite en réalité d'un sujet bien plus profond : la jalousie (incarnée par Woody par rapport à  Buzz).

    Toy Story 2 : le choix de vie et l'abandon

    Le deuxième film d'animation Toy Story est également réalisé par John Lasseter. Il débute avec un Woody en petite forme. Alors qu'Andy joue avec lui, il lui déchire le bras et se résout à  l'installer sur une étagère au lieu de l'emmener en vacances. Woody se fait alors enlever par un collectionneur de la série Western Woody, dont il est le principal héros. Buzz l'éclair et les autres jouets vont alors partir à  sa recherche pour le libérer. Pendant ce temps, Woody rencontre les différents personnages de Western Woody : Papi Pépite, Jessie et Pile-Poil, le cheval.

    La question de l'abandon et des choix de vie est le centre de ce dessin animé. Woody y est confronté dès le début : sur l'étagère oû il est placé, il côtoie Siffli, un pingouin dont le sifflet de fonctionne plus et qui est délaissé depuis longtemps. Cette histoire fait écho à  celle de Jessie, qui lui raconte comment son enfant l'a peu à  peu mise de côté jusqu'à  la donner à  une oeuvre de charité. Lorsqu'il est enlevé, il se retrouve confronté à  un choix : il peut rester avec les autres jouets de la collection et être exposé au Musée. Il sera alors adulé pour de très nombreuses années. Ou il peut choisir de rentrer retrouver Andy -” au risque de se voir oublié et délaissé lorsqu'il aura grandi.

    Toy Story 3 : la fin de l'âge adulte

    Réalisé par Lee Unkrich, le troisième volet de la saga Toy Story a remporté un succès aussi franc que les deux précédents. Dans ce dessin animé, Andy a maintenant 17 ans. Il va rentrer à  l'université. Il prépare donc ses affaires et trie ses jouets. Sur un malentendu, Buzz l'éclair, Rex, Zigzag et les autres se retrouvent dans une garderie. Ils sont accueillis par un ours rose qui sent la fraise, Lotso. Leur nouvel environnement, présenté comme le paradis des jouets, les fait vite déchanter. Les jeux sont en réalité maltraités par les enfants de la garderie et sont sous le joug du fameux nounours... Woody fera tout pour les sortir de cet endroit et les ramener à  la maison. Puis, Andy leur fera ses adieux, pour les confier à  une petite voisine, Bonnie.

    Au travers des aventures de Woody et Buzz l'éclair, on aborde ici le thème de la fin d'une période (ici celle de l'enfance). Le fait de devoir passer à  autre chose, de dire au revoir -” et la difficulté de passer à  l'âge adulte. La notion de transmission est également présente.

    Toy Story 4 : quête de sens et indépendance

    La réalisation a été confiée à  Josh Cooley pour ce quatrième film Toy Story, sorti à  l'été 2019. Les fans avaient peur d'un nouvel opus après la fin du troisième film, qui paraissait bien conclure les aventures de leurs personnages favoris, Woody et Buzz l'éclair. Mais la critique est unanime pour tout le monde : le film est, là  encore, de grande qualité -” et apporte un plus à  la trilogie déjà  existante.

    Woody est désormais le jouet de Bonnie, qui ne l'affectionne pas particulièrement et le laisse au placard la plupart du temps. A l'école, elle crée alors un " jouet " avec les détritus trouvés dans la poubelle : Fourchette. Elle se prend d'affection pour sa création et ne la lâche plus. Fourchette, considérée comme un jouet prend donc vie lorsque sa propriétaire a le dos tourné. Toutefois, celle-ci se sent l'âme d'un détritus et cherche à  fuir sa nouvelle vie. Woody tente de la persuader que c'est une vraie chance et veut la protéger par tous les moyens. Il décide donc de veiller sur elle, au cours d'un voyage en camping-car avec Bonnie et ses parents. Pas toujours facile, avec une fourchette qui ne demande qu'une chose : retourner dans sa poubelle. Alors qu'il tente de la sortir d'une boutique d'antiquités, il retrouve Bo Peep, la bergère dont il a été séparé quelques années plus tôt. Elle lui fait découvrir un nouveau mode de vie : celui du jouet libre et indépendant.

    Pour ce quatrième opus, on suit les questionnements de Woody, toujours personnage principal, qui cherche à  donner du sens à  son existence après la séparation d'avec Andy. L'ombre de l'abandon, de l'obsolescence des jouets après avoir vécu auprès d'un enfant et l'indépendance sont les réflexions principales de ce quatrième Toy Story.

    Nous vous recommandons ces autres pages :

    Paiement
    100% sécurisé
    Retrait en magasin
    gratuit en 2 heures !
    de 300 magasins
    Choisissez le vôtre
    Votre emballage
    cadeau gratuit
    Suivez l’actualité de Jouéclub

    Votre inscription a été confirmée.

    Partagez vos moments de jeux

    avec la communauté #Jouéclub !