(= storeData.common.title =)
Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =)
Changer de magasin
Retrait possible
en 2h en magasin
Choisir un magasin de retrait
     

    Quelle est la morale des films Cars ?

    La saga Cars est rapidement devenue un succès planétaire. Entre l'émerveillement pour les enfants devant ces voitures parlantes et la nostalgie des plus belles voitures de collection et de course pour les plus grands, les films d'animation Cars ont réussi le pari de réunir petits et grands autour de cette histoire originale.

    Vous souhaitez tout savoir sur les films Cars ? Les différentes voitures présentes dans ce long métrage prennent vie pour une soirée cinéma inoubliable en famille. Les studios Disney et Pixar avec les réalisateurs John Lasseter et Joe Ranft ont également pris soin d'y ajouter plusieurs morales comme fil directeur de l'intrigue afin de faire de ce film d'animation un vrai succès ! 

    Cars : la valeur d'une personne ne se mesure pas à  son apparence

    Le premier opus de la saga Cars sortie au cinéma en 2006 a su marquer les esprits grâce à  cet univers créé de toutes pièces par les studios Pixar et Disney. Dans un monde oû les personnages sont des voitures de course, de collection ou utilitaire, les scénarios les plus improbables sont possibles. Les différentes expressions sur les capots des quatre roues permettent de renforcer ce côté humain. 

    Dans le tout premier film Cars, l'histoire est centrée sur le personnage principal Flash McQueen. Ce dernier est une voiture de course rouge flambant neuve à  l'ambition sans limites. Comme toutes voitures de course, son rêve est de remporter la compétition Piston Cup qui représente la plus prestigieuse course. Cette victoire lui ouvrirait à  coup sûr les portes de l'écurie Dinoco. 

    Sûr de lui au point d'être imprudent, il perd une course décisive à  cause de l'éclatement de ses pneus arrière. C'est à  la suite de cet échec qu'il décide de repartir sur les routes d'Amérique pour tenter de remporter la Piston Cup. 

    Souhaitant arriver le plus tôt possible, il incite son camion transporteur à  rouler toute la nuit malgré la fatigue. La scène oû ce camion transporteur finit par s'endormir d'épuisement larguant par inadvertance Flash McQueen sur la route est une première piqûre de rappel sur les réels dangers à  conduire en état de fatigue. Les plus jeunes n'oublieront pas de si tôt cette première mésaventure causée par l'inconscience. 

    La belle voiture de course se retrouve perdue le long de la si mythique route 66. Au détour d'une petite ville sans prétention, Flash McQueen fait la connaissance de plusieurs automobiles au modèle plus ou moins ancien. 

    Dépanneuse d'un autre temps, voitures de collection au pot d'échappement capricieux et même une goudronneuse vont rapidement faire prendre conscience à  Flash McQueen que le monde de Cars ne se limite pas au faste et aux paillettes

    Au contraire, il apprend au fur et à  mesure de son séjour la véritable richesse que renferment ces carrosseries à  l'apparence désuète. Son meilleur ami dans cette aventure pleine de rebondissements n'est d'autres qu'une vieille dépanneuse nommée Martin à  l'esprit quelque peu naà¯f, mais au grand coeur. 

    Flash McQueen comprend également grâce à  ces rencontres imprévues que sa valeur ne se résume pas au nombre de trophées qu'il peut remporter ou à  la réputation de l'écurie qu'il peut intégrer. 

    Une fois dans la course, Flash McQueen est sur le point d'atteindre son objectif de remporter la Piston Cup. Mais un accident a lieu devant ses yeux obligeant un autre participant plus âgé à  s'arrêter net à  cause de la tricherie de deux autres voitures. La célèbre voiture de course Cars décide de freiner et d'aider son ami à  finir la course ensemble. Cet acte de solidarité a ému toute la foule qui salue Flash McQueen et n'hésite pas à  huer le vainqueur mauvais joueur.

    C'est une belle leçon de morale pour petits et grands qui rappelle l'importance de l'esprit d'équipe lors d'une compétition. Les critiques pour ce premier film Cars sont unanimement positives. Le pari est réussi pour les studios Pixar et Disney.

    Cars 2: la lutte pour l'écologie

    Lors de la sortie du deuxième film sur les écrans de cinéma en 2011, les fans de la première heure de Cars sont ravis de retrouver les principaux personnages de Flash McQueen, Martin ou bien encore Sally. 

    Ayant réussi à  remporter plus d'une fois la Piston Cup grâce à  son équipe d'amis, Flash McQueen se laisse tenter par un nouveau carburant moins polluant. Ce nouveau bio-carburant a été conçu par un ancien producteur de pétrole qui souhaite désormais faire fortune dans l'économie verte en se reconvertissant soi-même en voiture électrique. 

    Cette approche sur les préoccupations écologiques est une nouveauté au sein des longs métrages Disney Pixar. L'occasion est plutôt bien choisie avec la mise en avant des courses automobiles connues pour être très polluantes. 

    Loin de vouloir s'arrêter à  un scénario simpliste sur la promotion des énergies renouvelables, les réalisateurs John Lasseter et Brad Lewis ont également voulu transmettre un message d'alerte face au "greenwashing". En effet, l'économie verte est devenue à  la mode et certaines entreprises pour se déculpabiliser n'hésitent pas à  faire de la publicité mensongère sur leurs soi-disant efforts pour l'écologie. 

    Enfants comme parents grâce à  ce film d'animation peuvent saisir tout l'enjeu du "greenwashing". En effet à  la fin de l'intrigue, la voiture électrique souhaitant promouvoir son nouveau carburant se révèle en faite être restée une automobile au moteur d'origine alimenté au pétrole. 

    Cars 3: le respect envers les anciens

    Des années ont passé depuis le premier film Cars, aussi bien dans la réalité que dans cet univers créé par Pixar et produit par les studios Disney. 

    Le personnage principal Flash McQueen est également dépassé face aux nouvelles technologies. Ces concurrents sont désormais équipés de moteur plus puissant qui ne lui laisse aucune chance de victoire en termes de performance de vitesse.

    Durant les deux premiers opus, Flash McQueen devient très rapidement un personnage très attachant. Dans ce 3e film de la saga, ses difficultés techniques face aux nouvelles générations de moteurs ne laissent personne insensible. A l'image des personnes âgées ayant de plus en plus de difficultés à  marcher, la tant reconnaissable voiture de course portant le numéro 95 ressent également les premiers effets de l'âge.

    Difficile pour ce compétiteur né de reconnaître sa vieillesse et accepter la retraite. Et pourtant, grâce au soutien de ses amis et de ses inconditionnels fans, Flash McQueen prend conscience de ses limites et se recentre sur le partage de ses connaissances en matière de course automobile afin de coacher la nouvelle génération. 

    Un coup de maître pour les studios Disney et Pixar qui encore une fois sont avant-gardistes sur les morales véhiculées dans les films d'animation. Le respect pour nos aînés et la richesse de leurs expériences sont au coeur de l'intrigue.  

    Nous vous recommandons ces autres pages :

    Paiement
    100% sécurisé
    Retrait en magasin
    gratuit en 2 heures !
    de 300 magasins
    Choisissez le vôtre
    Votre emballage
    cadeau gratuit
    Suivez l’actualité de Jouéclub

    Votre inscription a été confirmée.

    Partagez vos moments de jeux

    avec la communauté #Jouéclub !