(= storeData.common.title =)
Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =)
Changer de magasin
Retrait possible
en 2h en magasin
Choisir un magasin de retrait
     

    La Reine des Neiges : en savoir plus sur ce film ambitieux qui n’a plus rien à prouver 

    À chaque film, Disney parvient à créer l’événement. Mais, certains films plus que d’autres jouissent d’un succès tel qu’ils deviennent un phénomène mondial. La Reine des Neiges, ou Frozen en version originale, fait clairement partie de cette catégorie de film. Mais au-delà de ce raz-de-marée marketing, le film La Reine des Neiges est une belle histoire portée par une panoplie de personnages variés et charmants comme Disney en a le secret. 

    Elsa, Olaf, Anna et les autres sont ainsi les stars de ce film d’animation made by Disney. Et à l’instar des autres succès Disney, le film parvient à séduire les enfants comme les adultes. Pour bien comprendre la portée de ce phénomène retentissant, il est intéressant de se pencher davantage sur le film lui-même. Histoire, morale, galerie de personnages ou techniques d’animation, voici toutes les clés pour connaître sur le bout des doigts un des plus gros succès Disney. 



    La Reine des Neiges : de quoi parle le film ? 

    Disney nous habitue depuis les prémices de ses films à plonger le spectateur dans un monde nouveau. En amont de l’avant-première, la bande-annonce du film avait donné le ton et mis les fans de Disney dans une attente insoutenable. Avec La Reine des Neiges, le géant du cinéma nous amène tout droit dans le Grand Nord, et plus particulièrement au royaume d’Arendelle. C’est ici que les princesses Elsa et Anna apparaissent à l’écran du cinéma. Bien qu’elles soient sœurs, Elsa est la seule à posséder des pouvoirs magiques depuis son premier jour. En effet, Elsa maîtrise parfaitement la neige et la glace, et ce n’est pas une si bonne chose pour elle et sa famille. En effet, malgré elle, ses pouvoirs touchent malencontreusement Anna et la blessent. Ses parents n’ont alors pas d’autre choix que de l’isoler pour éviter de nouveaux incidents. Sauf que pour préserver la jeune Anna, les parents cachent la dure vérité, et cette dernière ne comprend pas ce soudain éloignement. Quant à Elsa, elle concentre chaque jour ses efforts à contrôler ses pouvoirs

    Qui dit Disney, dit inévitablement épisode de vie tragique. Alors que les parents partent en voyage, leur bateau est emporté par une tempête et sombre dans la mer. Anna et Elsa deviennent alors orphelines, et lorsqu’elle devient adulte, Elsa devient reine. Au moment du couronnement, le royaume entier est invité dans le château et Anna a un coup de foudre pour le prince Hans, mais les choses se gâtent. Dans un excès de panique, Elsa dévoile ses pouvoirs au royaume, avant de s’échapper pour de bon vers le Nord. Par sa faute, le royaume est alors complètement gelé


    Intrépide, Anna confie le royaume à Hans et part à la recherche de sa sœur Elsa. Et c’est là que l’aventure du film prend son élan. Lors de sa quête, Anna va faire la rencontre du montagnard Kristoff, de son renne Sven ou encore d’un bonhomme de neige nommé Olaf. Pendant ce temps, Elsa s’épanouit dans le palais de glace qu’elle s’est construite, en laissant la liberté à ses pouvoirs de s'accomplir sans pudeur. Lorsque sa sœur Anna la retrouve, Elsa prend peur et fait en sorte de l’éloigner, pour la protéger. Incontrôlable, Elsa lui envoie un morceau de glace dans le cœur. L’urgence est alors à la guérison d’Anna, qui risque de complètement geler. Kristoff part avec elle à la recherche du remède miracle. Puisqu’un Disney sans méchant n’est pas véritablement un Disney, le prince Hans montre progressivement son vrai visage au royaume d’Arendelle. 

    Elsa, Anna ou Olaf, l’annonce d’une belle panoplie de personnages

    Si Disney traite dans chaque film d’animation une belle histoire, le succès du film tient surtout dans ses personnages. Ce sont eux qui parviennent à rendre une histoire tragique plus légère. Car oui, si on creuse dans la genèse de chaque film Disney, le point de départ est souvent sinistre. Il suffit de faire le tour du cinéma Disney pour se rendre compte que la plupart des films débutent par un décès, une perte ou un abandon. La Reine des Neiges a parfaitement respecté cette tradition tragique avec le naufrage des parents d’Anna et Elsa. 

    Mais pour permettre aux enfants, mais aussi aux adultes, de respirer, Disney propose une galerie de personnages drôles, loufoques et foncièrement touchants. C’est aussi ça la magie Disney, faire sourire, rire, réfléchir sur un fond initialement triste. Et une fois n’est pas coutume, La Reine des Neiges a tout misé sur ces personnages. Dès la bande-annonce, les personnages donnent de la voix au film. Commençons par Anna, la co-star du film, dont la voix est offerte par Kristen Bell. Fille du roi Agnarr et de la reine Iduna, Anna jouissait enfant d’un tempérament explosif, joueur et farceur. Devenue femme, Anna n’a rien d’une princesse traditionnelle. Aimant n’en faire qu’à sa tête, Anna est têtue et fait de la recherche de sa sœur une véritable quête. Tout au long du film, Anna va découvrir le vrai sens de l’amour et du sacrifice. 



    Très différente de sa sœur, Elsa a passé son enfance dans la honte de ses pouvoirs. Cette frustration de n’avoir jamais pu s’accomplir dans ce qu’elle est, se voit enfin abolie dès lors qu’elle s’enfuit du royaume. Libérée, délivrée se met-elle alors à chanter. C’est le moment de sa vraie résurrection. À fleur de peau enfant, la voilà alors volcanique. Ces gestes impulsifs provoquent la création de Marshmallow, un monstre de glace faisant fuir Anna et Kristoff, venus alors la chercher. Son isolement au royaume de glace prend fin lorsqu’elle comprend le danger qu’encourt sa sœur par sa faute. Devenue statue de glace, Elsa va briser le sort et ramener sa sœur à la vie. 

    À côté des deux personnages principaux, chaque personnage secondaire est tout aussi important quant à la richesse de l’histoire. Fournisseur de glace avec son renne Sven, Kristoff a perdu lui aussi ses parents jeunes, et fut élevé par une famille de trolls. En croisant la route de Kristoff, Anna trouve en lui un véritable allié, dont les sentiments amoureux s’accomplissent au fur et à mesure du film. Mais en matière d’humour, la palme revient à Olaf, le bonhomme de neige crée par Anna au début du film. Naïf et attachant, Olaf adore les câlins et a un rêve : découvrir l’été. Plus qu’un simple trublion comique, Olaf devient rapidement un ami fidèle qui donnerait sa vie pour celle d’Anna ou Kristoff. Quant à la caution « méchante » du film, Hans est le cliché du gentil prince venu au royaume pour le seul but d’atteindre ses fins. Bien qu’Anna soit instantanément séduite par son sourire ravageur, elle va se rendre compte de sa volonté de nuire.

    Un film Disney avec une belle morale

    On le sait, chaque film Disney a pour mission d’énoncer une morale bienpensante. Plus que du grand spectacle au cinéma, les familles viennent découvrir de nouveaux personnages dans un monde fantastique, tout en absorbant des valeurs fidèles à la franchise Disney. Avec l’évolution de la société en France et dans le reste du monde, Disney parvient à s’adapter à ces bouleversements des mœurs, et c’est plus qu’une bonne nouvelle. Si au temps de Blanche Neige ou de La Belle aux bois dormants, les princesses étaient cantonnées à de jolies filles cherchant leur prince, c’est aujourd’hui toute autre chose. 

    Les princesses de La Reine des Neiges ne sont pas que des princesses. Non, elles sont des personnes à part entière, pleines de traumas, de peurs et d’ambitions. Le personnage d’Elsa est un vrai symbole d’accomplissement. Après avoir passé des années enfermée dans ses propres peurs, elle vit désormais libre et épanouie, mais seule. Comme s’il fallait être cachée pour exister pleinement. Le film amène vers cette conclusion, celle d’Elsa s’autorisant à être Elsa aux yeux de tous. La différence peut faire peur, mais ne doit pas empêcher Elsa ou n’importe qui d’autre de vivre pleinement. Une belle leçon contre le jugement de la société que l’on peut s’infliger vainement.

    On a longtemps associé Disney au mythe du prince charmant. Cette tradition culturelle tend à s’oublier de plus en plus dans les méandres du cinéma. La Reine des Neiges en est encore la preuve ; Hans apparait au début comme l’élu « inné » d’Anna, mais n’est finalement qu’un homme insipide et cruel. Ne pas se fier aux apparences, telle est aussi la morale du film. Bien que Kristoff ne ressemble en rien au schéma du prince charmant, c’est l’amitié et la construction de leur relation qui va donner naissance à un amour sincère. On oublie alors toute notion de coup de foudre et de mariage immédiat. Avec La Reine des Neiges, on est dans la réalité, et ça fait un bien fou. 

    Les morales de La Reine des Neiges sont certes quelque peu éloignées des vieux films Disney, mais l’importance de l’amour est toujours aussi présente. Le film prouve à nouveau que l’amour vainc tous les maux, y compris la différence, la peur et l’isolement. 

    La Reine des Neiges : une animation Disney qui sort du lot

    Très habitué au travail minutieux de l’animation, Disney récidive avec La Reine des Neiges, ou Frozen, en offrant un spectaculaire moment de cinéma. Réalisé par Jennifer Lee et Chris Buck, le film provient d’une combinaison de croquis à la main et d’images de synthèse en 3D. Chaque personnage a bénéficié d’un lourd travail de recherche afin qu’il soit le plus crédible possible. Par exemple pour créer Elsa, le directeur artistique du film a lu de nombreux ouvrages sur la Scandinavie et a visité la ville de Solvang, dont le décor danois officie comme une référence pour créer le film. 

    De nombreux autres voyages ont été effectués par l’équipe du film pour que l’ambiance de la Norvège soit tout de suite palpable au cinéma. Une quantité infinie de clichés ont été pris pour nourrir l’imaginaire de l’histoire de La Reine des Neiges, et donc de rendre évidente la référence à la Scandinavie. Tout ce travail de recherche, de dessins et de production a valu au film plusieurs récompenses prestigieuses. Avec l’ambition et la minutie de son travail, Disney est un grand habitué des remises de prix. La Reine des Neiges a reçu pas moins de 40 récompenses, dont l’Oscar du meilleur film d’animation et de la meilleure chanson.  



    Nous vous recommandons ces autres pages :

    Paiement
    100% sécurisé
    Retrait en magasin
    gratuit en 2 heures !
    de 300 magasins
    Choisissez le vôtre
    Votre emballage
    cadeau gratuit
    Suivez l’actualité de Jouéclub

    Votre inscription a été confirmée.

    Partagez vos moments de jeux

    avec la communauté #Jouéclub !