(= storeData.common.title =)
Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =)
Changer de magasin
Retrait possible
en 2h en magasin
Choisir un magasin de retrait
     

    L’histoire du dessin animé La Reine des Neiges

    La Reine des Neiges est certainement l’un des dessins animés créés par Walt Disney Animation Studios qui ont le plus plu ces dernières années. Il est le 128e film d’animation Disney et fait partie de la catégorie des films classiques. Ce dessin animé est le deuxième plus gros succès des réalisations Disney, derrière le Roi Lion. Ses chansons ont fait le tour du monde, il est resté premier des box-offices pendant longtemps lors de sa sortie au cinéma.

    Le succès de La Reine des Neiges est incroyable. Il a toutefois nécessité l’intervention de plus de 600 personnes, sur un délai de deux ans et demi. Que ce soit pour la réalisation, l’interprétation ou la musique, la critique l’a accueilli très positivement, il a été nominé et primé à de nombreux titres. Pour le réaliser, il a fallu en réalité de nombreuses années, réflexions, essais et abandons avant qu’il ne devienne celui que l’on connaît. Venez découvrir les histoires et les anecdotes autour de la genèse du dessin animé La Reine des Neiges !

    Une idée de dessin animé Walt Disney Animation Studios depuis… 1937

    Le dessin animé La Reine des Neiges est une libre interprétation du conte de Hans Christian Andersen, datant de 1844. Walt Disney lui-même souhaitait, dès 1937, réaliser une adaptation issue de ce conte. Toutefois, il ne parvint pas à donner assez de vraisemblance à La Reine des Neiges et abandonna son idée.

    Le projet d’adapter le conte d’Andersen La Reine des Neiges à l’écran est repris au début des années 2000. Il est passé de mains en mains, sans grand succès : Glen Keane, Gaëtan et Paul Brizzi, Dick Zondag et Dave Goetz… aucun d’entre eux ne parvient à un résultat pleinement satisfaisant.

    Le rachat des studios Pixar met le projet en suspens pendant quelques années. Une fois cette négociation effectuée, John Lasseter, à l’origine directeur artistique chez Pixar, reprend le dossier. Il se met en relation avec Chris Buck, qui a quitté les studios Disney pour ceux de Sony Pictures Animation quelques années plus tôt.

    Le travail sur le conte de La Reine des Neiges reprend donc. À l’époque, il se nomme Anna et la Reine des Neiges. Toutefois, en 2010, de nouvelles difficultés provoquent de nouveau la suspension du projet. Il est finalement annoncé fin 2011, après la sortie de Raiponce, que le dessin animé La Reine des Neiges sera sur les écrans en 2013.

    La difficulté majeure : cerner La Reine des Neiges

    La difficulté de l’équipe Walt Disney Animation Studios concerne la création des personnages, notamment de la Reine des Neiges. À ce moment, Anna et La Reine des Neiges s’opposent dans le scénario imaginé. Il n’existe pas de liens entre la Reine des Neiges et les autres personnages, elle est seule. La Reine des Neiges est considérée comme la méchante. C’est lors d’une réunion que John Lasseter indique que les personnages manquent de profondeur. Après une grande réflexion, Anna et Elsa deviennent sœurs. Reste maintenant à établir comment retranscrire cela à l’écran… Mais La Reine des Neiges reste toujours méchante. Pour étayer leur hypothèse et apporter du réalisme au scénario, l’équipe Disney demande à toutes les femmes de la société ayant grandi avec des sœurs de venir témoigner, afin de prendre des notes sur les relations entre sœurs.



    Le scénario de l’histoire s’affine. L’idée du cœur gelé, décongelé par l’amour est déjà d’actualité dans cette version. Toutefois, le reste du scénario n’apporte pas satisfaction. Elsa, dès le début du film méchante, maudit sa sœur et lui gèle le cœur. S’ensuit une lutte entre les deux sœurs et la recherche d’Anna pour faire fondre son cœur gelé. Puis Jennifer Lee est ajoutée au projet.... Or, elle est la première femme réalisatrice que Disney met aux commandes d'un projet de ce type !

    C’est la chanson Let It Go (Libérée, Délivrée), écrite par les compositeurs Lopez, qui vont rendre Elsa plus humaine et modifier son histoire. Alors qu’ils se promènent dans un parc, ils s’interrogent sur ce qu’elle peut ressentir dans sa situation. La chanson leur vient, ils la composent en un jour seulement. Le personnage s’en trouve métamorphosé : au lieu d’être une reine sans cœur, elle devient une jeune femme isolée et incomprise. À partir de là, Jennifer Lee réécrit le scénario dans son intégralité afin que la nouvelle version de l’histoire présente une princesse plus attachante. La chanson, elle, fera le tour du monde.

    Le travail des personnages

    Une autre difficulté rencontrée par l’équipe Walt Disney Animation Studios concerne le personnage du prince Hans. Celui-ci est appelé ainsi en hommage à l’écrivain Andersen. Pour maintenir l’effet de surprise, il faut aux scénaristes beaucoup de doigté pour parvenir à maintenir son allure d’homme honnête, jusqu’au retournement soudain à la fin du dessin animé.

    Concernant Anna, Jennifer Lee aura besoin d’un an pour approfondir de manière satisfaisante son personnage. Pour cela, elle s’inspire notamment de sa propre relation avec sa grande sœur. Son prénom est également inspiré de l’auteur du conte original, reprenant les deux premières lettres de son nom.

    Le personnage d’Olaf, bien qu’un peu compliqué à cerner, a beaucoup amusé l’équipe de production Walt Disney Animation Studios. Avec ses membres qui se détachent, il permet d’apporter une touche humoristique originale très rafraîchissante.



    Une vraie recherche pour rendre le dessin animé réaliste

    Afin de pouvoir affiner les personnages, étudier leurs expressions faciales, mimiques et autres mouvements, des responsables sont désignés. Chacun observe et apprend à connaître son personnage. Certains animateurs ont même mimé les scènes prévues dans le dessin animé afin de se rendre compte des expressions. L’objectif est toujours le même : rendre le film vraisemblable, permettre au spectateur de s’identifier — ou tout du moins, de compatir avec le personnage et de s’y attacher.

    Le choix des actrices prêtant leurs voix aux personnages américains a été évident. Elles avaient déjà été entendues, toutes les deux, pour l’audition de Raiponce, bien que non retenues.

    Idina Menzel (Elsa) et Kristen Bell (Anna) accordent parfaitement leurs voix aux personnages, et chantent merveilleusement bien ensemble. Idina a d’ailleurs déjà tourné pour Disney : elle interprète Nancy dans Il était une fois. Durant l’enregistrement des voix, elles étaient filmées afin que leurs mimiques soient reprises par les personnages. A savoir : les voix sont enregistrées avant que le graphisme soit réalisé, afin que celui-ci soit le plus réaliste possible.

    Le réalisme du dessin animé étant une priorité, les studios Disney ont même fait venir dans leurs locaux un véritable renne, afin d’étudier ses mouvements et de les retranscrire le plus fidèlement possible.

    La création des paysages incroyables de La Reine des Neiges

    Pour que le film soit le plus réaliste possible, trois voyages d’études ont été menés en Norvège. Ainsi, les équipes ont pu étudier la neige, les mouvements des tissus (notamment des jupes) lors de la marche, mais aussi les paysages, les constructions, les matériaux utilisés tant pour les bâtiments que pour les vêtements. Il faut également observer la glace, sa manière de refléter la lumière, de fondre…

    Un logiciel sera d’ailleurs créé pour reproduire la réaction de la neige face aux contraintes (quand on marche dessus, qu’on la lance, qu’on la pousse…). De ce voyage, ils rapportent les fjords, l’architecture (des églises notamment) et le motif rosemaling, utilisé sur les vêtements et les grilles.

    Le film étant tourné en images de synthèse, un véritable travail a dû être mené concernant les matières utilisées pour les vêtements ainsi que sur le mouvement des cheveux. Pour ces derniers, un autre logiciel a d’ailleurs été créé.




    Aviez-vous connaissance de tout le travail que nécessite la réalisation de tels films d’animation ?

    Nous vous recommandons ces autres pages :

    Paiement
    100% sécurisé
    Retrait en magasin
    gratuit en 2 heures !
    de 300 magasins
    Choisissez le vôtre
    Votre emballage
    cadeau gratuit
    Suivez l’actualité de Jouéclub

    Votre inscription a été confirmée.

    Partagez vos moments de jeux

    avec la communauté #Jouéclub !