(= storeData.common.title =)
Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Fermé Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) Ouvert de (=item.amBegin=) à (=item.amEnd =) et de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =) Ouvert de (=item.pmBegin=) à (=item.pmEnd =)
Changer de magasin
Retrait possible
en 2h en magasin
Choisir un magasin de retrait
     

    L’animation de la Reine des Neiges : comment le film a-t-il vu le jour ?

    Le film de La Reine des Neiges sorti en décembre 2013 a rencontré un véritable succès. À moins d’avoir vécu dans une grotte ces dernières années, vous connaissez au moins forcément le refrain entêtant de « Libérée, délivrée », la musique phare du film de Disney. Mais savez-vous comment ce film d’animation à succès a vu le jour ?

    Déjà dans les années 40, Walt Disney avait pour projet d’adapter le conte d’Andersen, mais il fera face à de nombreuses difficultés vis-à-vis du scénario. Le projet est mis de côté, souvent réétudier, sans succès. Il faudra attendre la fin de l’année 2011 et le succès de Raiponce pour que le projet de l’adaptation de la Reine des Neiges ressurgisse et soit enfin validé.

    En 2012, les studios décident d’utiliser les technologies d’images de synthèse et la stéréoscopie 3D pour créer La Reine des Neiges, contrairement aux techniques d’animation traditionnelles. 

    Du conte d’Andersen au scénario de Disney, du scénario au design des personnages pour finalement créer tout un film en image de synthèse, nous vous proposons de découvrir dans cet article les secrets de la naissance du film de la Reine des Neiges.

    L’équipe technique : les créateurs de la Reine des Neiges

    Pour créer un film, qu’il soit d’animation ou non, il faut avant tout une équipe technique. Pour adapter La Reine des Neiges, Disney confie la réalisation du film à Chris Buck. Jennifer Lee, qui avait déjà travaillé sur Les Mondes de Ralph le rejoint à la réalisation et est également nommée scénariste. Concernant la production, ce sont John Lasseter et Peter Del Vecho qui sont nommés par les studios Disney.

    Mais la Reine des Neiges a également besoin de musiques et de chansons. En janvier 2012, les auteurs et compositeurs Kristen Anderson-Lopez et Robert Lopez rejoignent alors le projet.

    Enfin, le réalisateur Chris Buck estime que Michael Giaimo est le directeur artistique le plus qualifié pour s’occuper du projet de la Reine des Neiges. 

    Toute cette équipe va donc travailler pendant deux ans (fin 2011 à fin 2013) pour créer le film d’animation tel que nous le connaissons aujourd’hui.

    Les voix des personnages principaux sont aussi choisies que ce soit pour le doublage parlé ou pour les chansons. Ainsi Idina Menzel double Elsa et Kristen Bell double Anna.

    Adapter l’histoire d’Andersen : l’amour entre deux sœurs

    Le grand défi de l’équipe est de réussir à adapter le conte d’Andersen pour le public de Disney. En effet, le conte d’Andersen possède un univers assez sombre qu’il est difficile de transposer dans un film. 

    Pour réussir à ce que le public s’identifie aux personnages, l’équipe a donc décidé de faire d’Anna (inspirée de Gerda dans le conte d’Andersen) la petite sœur d’Elsa. En créant ce lien entre les deux sœurs, les personnages sont devenus plus pertinents. De plus, la relation entre deux sœurs est une thématique assez nouvelle chez Disney (hormis Lilo et Stitch).

    Disney va même jusqu’à organiser un événement, « le sommet des sœurs » où les femmes du studio ont été invitées à échanger sur leurs relations sororales.

    Les références de la Reine des Neiges : un décor scandinave

    En parallèle du scénario dirigé par Jennifer Lee et Chris Buck, il faut également construire tout un univers au film de La Reine des Neiges. C’est le directeur artistique Michael Giaimo qui est chargé de créer le décor de l’histoire.

    Ce dernier va donc beaucoup se renseigner sur la Scandinavie et va visiter la ville de Solvang (connu pour son décor danois) près de Los Angeles. C’est finalement la Norvège qui sera choisie comme référence principale du film. Trois voyages de recherches sont alors financés par Disney pour étudier les paysages et la culture scandinave et notamment les montagnes, les fjords, la culture et l’architecture. En parallèle, les animateurs et les spécialistes en effets spéciaux sont étudient le mouvement des vêtements et notamment des longues jupes typiquement scandinaves.

    D’autres endroits ont permis d’aider l’équipe technique à créer le décor de la Reine des Neiges comme l’Hôtel de glace à Québec qui a permis à l’équipe d’étudier les phénomènes de réflexion et de réfraction de la lumière sur neige et la glace.

    La construction des personnages principaux : entre scénario et animation

    En plus de la création du décor et de l’univers de la Reine des Neiges, les personnages de l’intrigue ont également dû être beaucoup travaillés afin de créer une histoire pertinente et réaliste. Ainsi, les personnages ont dû être minutieusement étudiés tant en terme scénaristique que sur le plan visuel.

    Elsa : la méchante de l’histoire ?

    Le personnage qui a certainement demandé le plus de travail sur le plan scénaristique est le personnage d’Elsa, l’une des deux héroïnes de l’histoire. En effet, Elsa est au départ, dans le conte d’Andersen la méchante de l’histoire. Elle est d’ailleurs considérée ainsi au départ par l’équipe technique de Disney avant d’être rendue plus complexe par la scénariste Jennifer Lee. 

    En rendant Elsa plus vulnérable et attachante, elle n’est plus la « méchante », mais simplement un personnage apeuré. Il est ainsi bien plus facile de s’identifier à elle. 

    Si la version méchante d’Elsa laissait présager une apparence sombre, avec une coiffure gonflante inspirée d’Amy Winehouse, l’équipe a donc décidé d’alléger son apparence en mettant l’accent sur sa sobriété, sa retenue et son élégance. 

    Pour l’animation de la Reine des Neiges, chaque animateur avait un personnage assigné. Ainsi, c’est l’animateur Wayne Uten qui s’est chargé de donner vie à Elsa en développement en détail les expressions de son visage. Il s’aide des enregistrements vocaux d’Idina Menzel (la voix originale d’Elsa) pour animer sa respiration.

    Anna : un personnage naïf représentant l’amour

    Le personnage d’Anna est tout le contraire de sa sœur Elsa. Son personnage est inspiré de Gerda dans le conte d’Andersen et Jennifer Lee a rendu ce personnage plus candide et maladroit. Toutefois, Anna est l’allégorie de l’amour ultime puisqu’elle est douée du plus bel amour : le sacrifice. Enfin, elle est drôle et énergique.

    Si les scénaristes savaient depuis longtemps qu’Anna sauverait sa sœur, ce n’est que très tardivement que l’idée du sacrifice fut trouvée par le scénariste John Ripa.

    Le personnage d’Anna fait également référence au passage à l’âge adulte puisqu’elle acquiert en maturité au fil de ses aventures. C’est l’animatrice Becky Bresee qui s’est chargée de donner vie à ce personnage. Pour retranscrire toutes ses émotions, l’animatrice se filmait d’abord en train de jouer les scènes d’Anna.

    Olaf : la touche d’humour

    Si Anna est un personnage très drôle, c’est certainement le personnage d’Olaf qui remporte le premier prix ! Olaf devait au départ être un compagnon agaçant d’Elsa, mais Jennifer Lee a décidé d’en faire le symbole de l’amour d’enfance entre Elsa et Anna. 

    Sa capacité à se démembrer et à se rassembler aussitôt ainsi que sa volonté de découvrir la chaleur et l’été alors qu’il est un bonhomme de neige donne au film une légèreté et un humour très apprécié par le public. L’animateur d’Olaf, Hyrum Osmond est lui même un personnage décalé !

    Les techniques pour créer et designer l’univers de la Reine des Neiges

    Certains logiciels sont également conçus pour aider les créateurs à fabriquer un univers cohérent et réaliste :

    • Matterhorn : afin de simuler la neige.
    • Spaces : permettant aux différentes parties d’Olaf de se séparer et se reconstruire.
    • Flourish : pour les mouvements des feuilles et des brindilles.
    • Tonic : pour modeler les cheveux des personnages.

    Nous vous recommandons ces autres pages :

    Paiement
    100% sécurisé
    Retrait en magasin
    gratuit en 2 heures !
    de 300 magasins
    Choisissez le vôtre
    Votre emballage
    cadeau gratuit
    Suivez l’actualité de Jouéclub

    Votre inscription a été confirmée.

    Partagez vos moments de jeux

    avec la communauté #Jouéclub !